« La silhouette sportive, c’est le chic absolu » Jean Patou

L’histoire entre la mode et le sport ne date pas d’hier. Coco Chanel utilisait déjà le jersey de coton en 1913, en s’inspirant des tenues de son amant Boy Capel, joueur de polo et Elsa Schiaparelli créait les premiers sweaters dans les années 1930. Le sport a donc toujours attiré l’œil des créateurs, mais ce qui n’était au départ qu’une simple influence est en passe de devenir une tendance à part entière. Cette tendance, appelée « athleisure », contraction des mots anglais « athlete » et « leisure » (comprenez « athlète » et « loisir »), s’est dernièrement imposée avec un tel engouement que le mot athleisure vient même d’entrer dans le dictionnaire anglais Merriam-Webster. Décryptage d’un phénomène qui fait rimer performance avec tendance.

Athleisure, une tendance qui prend de la vitesse

L’athleisure, c’est le croisement entre le streetwear et le gymwear. Traduction: des pièces mode inspirées de l’univers sportif qui peuvent se porter avant, pendant et après le sport. Exit les joggings informes que l’on s’empressait de quitter après sa séance, aujourd’hui baskets, leggings et brassières sortent des salles de sport pour s’exhiber fièrement dans la rue. Des vêtements de sport aussi stylés que le reste de sa garde-robe en somme qui font de plus en plus d’adeptes. Selon l’étude de Morgan Stanley, les ventes globales du marché de l’athleisure devraient d’ailleurs atteindre 350 milliards de dollars en 2020.

Collaboration Stella McCartney et Adidas

Preuve en est, le site Net-A-Porter a lancé une rubrique spéciale baptisée Net-A-Sporter dans laquelle on peut trouver des pantalons de running impeccablement coupés ou encore des tenues de yoga inspirées des dernières tendances prêt-à-porter. Même le luxe s’empare du phénomène avec un nombre croissant de collaborations entre grands créateurs et marques de sport. Olivier Rousteing (directeur artistique de Balmain) et Nike, Vuitton et Suprême, Stella McCartney et Adidas, les exemples ne manquent pas. Selon le directeur du style d’Adidas, Nic Galway, c’est d'ailleurs un vrai échange : « le luxe s’inspire des avancées high-tech des équipementiers et le sport des savoir-faire d’atelier et des réflexions stylistiques. » Pas étonnant donc de croiser Serena Williams, assise au premier rang du dernier défilé Gucci, à côté d’Anna Wintour.

Mais l’athleisure ne concerne pas que les marques de luxe. La preuve avec H&M qui propose sa propre ligne pensée par l’ex-star du ballon rond David Beckham ou Beyoncé qui a lancé l’année dernière sa marque Ivy Park en collaboration avec Topshop. « Ivy Park est plus qu’une marque de sport, c’est un style de vie à part entière, avec des vêtements à porter sur le terrain comme en dehors. » L’idée n’est donc pas seulement d’avoir un bon look mais aussi et surtout de se sentir bien dedans. Porter un legging avec un perfecto, des Stan Smith avec un costume, venir au bureau avec un sweat à message, sortir le soir en body : c’est ça l’athleisure. Une mode comme mode de vie auquel toute la génération « millennials » aspire car on le sait « quand on se sent bien dans un vêtement, tout peut arriver. Un bon vêtement, c'est un passeport pour le bonheur » (Yves Saint Laurent).

L’athleisure, une mode comme mode de vie

L’athleisure est une tendance qui s’inscrit en effet plus largement dans le mouvement de « healthy attitude » qui touche aujourd’hui tous les secteurs de la cosmétique à la food, en passant par le lifestyle et la mode. Le bio, le bien-être, le sport, tout est lié. Pour Margaux, directrice commerciale et développement de la marque Yoga Searcher, on assiste en ce moment à une vraie prise de conscience. « Aujourd’hui, on fait plus attention à ce que l’on consomme. Quand on achète un produit, on a envie de transparence, de savoir d’où il vient, ce qu’il y a dedans. Chez Yoga Searcher, tous nos produits sont faits au Portugal dans des matières naturelles et des teintures végétales. » Pour la marque Cuisse de Grenouille, même constat « le client n’achète plus pour une marque mais pour ce qu’elle représente: un lifestyle, un savoir-faire, une traçabilité des choses. »

Une prise de conscience des consommateurs accompagnée d’une envie de revenir à des choses simples, locales, naturelles. Une envie de prendre soin de soi aussi. La marque Yoga Searcher, est d’ailleurs venue de là. De ce besoin de revenir à l’essentiel. D’envisager son quotidien plus sainement et plus sereinement. « A l’origine, Yoga Searcher, c’était des retraites de yoga. Mais cet art de vivre faisant de plus en d’adeptes, la suite logique a été la création de notre marque. A l’époque, il n’existait aucune marque qui proposait un vrai univers autour de cette pratique. »

Le concept de Yoga Searcher est justement de proposer un vestiaire sportif résolument féminin aussi pratique et qu’esthétique. « Nous avions envie de vêtements que l’on pourrait porter avant, pendant et après la pratique. Des pièces mode et confortables pour tous les jours. Bien sûr nous sommes avant tout une marque de vêtements de yoga mais on accorde beaucoup d’importance au style et aux tendances. On s’inspire d’ailleurs davantage des marques de prêt-à-porter que des marques de sport. »

L’athleisure, c’est donc ça. Une mode comme mode de vie. La recherche d’un style ultra personnel alliant confort et attitude. Et la pièce ultime pour un look #athleisurelyapproved, c’est évidemment la désormais incontournable paire de sneakers.

L’Athleisure, une tendance bien dans ses baskets

La sneaker, basket en français, est sans conteste l’emblème de la tendance athleisure. Longtemps réservée aux sportifs, la basket est aujourd’hui portée par toutes les générations, dans tous les milieux sociaux et (presque) en toutes circonstances. Le marché ne cesse d’ailleurs de grossir et pesait l'an dernier près de 80 milliards de dollars.

Arborées bien au-delà des terrains de sport (79% des Français portent aujourd’hui des baskets sans jamais faire de sport avec), les sneakers sont aujourd’hui un vrai phénomène de mode et l’accessoire indispensable de tout shoesing qui se respecte comme le souligne Pascal Monfort, responsable Tendances et Comportement du consommateur chez Nike: « chez une consommatrice fan de mode, sur les cinq dernières paires de chaussures achetées, trois sont des paires de baskets. »

Même les maisons de luxe s’y mettent. Gucci, Vuitton, Givenchy, Chanel, Louboutin, toutes mettent leur nom sur des baskets. Logique lorsque l’on sait que les sneakers sont, de tous les articles de sport, le produit le plus rentable. Quant au magasin Dior Homme, rue François Ier à Paris, il accueille ses visiteurs avec un mur de sneakers, c’est dire.

La sneaker, c’est aussi l’emblème d’une génération qui casse les codes. Le traditionnel costume/souliers, autrefois symbole de réussite sociale, est aujourd’hui délaissé au profit du jean/baskets, y compris chez les grands patrons comme de Steve Jobs et ses célèbres New Balance. Matt Powell, auteur du blog Sneakernomics, estime d’ailleurs « qu'il y aura de moins en moins de situations où les sneakers ne seront pas appropriées ».

Fort de ce constat, de plus en plus de marques françaises se laissent inspirer par cette tendance athlétique chic. La marque Garçonne et Chérubin, par exemple, propose des collections de sneakers en édition limitée à la frontière entre élégance classique et street culture. Cette inspiration urbaine, on la retrouve également chez M. Moustache qui joue avec les codes traditionnels de la chaussure pour faire souffler un vent de nouveauté et répondre aux envies des trentenaires citadins. « Le modèle René(e) est incontestablement notre produit phare. Cette tennis mixte est le produit principal de notre gamme de rétro- basket et accessoirement le best-seller de toutes nos collections depuis sa sortie. »

Fans de baskets, les fondateurs de la marque Flaneurz vont plus loin en transformant vos sneakers en patins à roulettes. L’innovation 100% Made in France réside en une interface installée à la main dans la semelle des chaussures qui permet de fixer de manière amovible sa chaussure favorite au châssis roulant. Aujourd’hui, quatre modèles sont disponibles à la vente (la Top Ten et la Stan Smith pour la gamme Iconique et la Air Force One Black et la Air Force One White pour la gamme Premium) et ont déjà séduit plus de 600 clients dans une trentaine de pays. « On est les rois de la transformation. Aujourd’hui c’est les baskets et les patins à roulettes, mais il y a d’autres transformations possibles. »

D’autres business aussi. Comme Sneakers & Chill, une cordonnerie parisienne d’un nouveau genre dédiée au nettoyage, à la rénovation et à la customisation des sneakers qui donne un coup de jeune à la cordonnerie et une seconde vie à vos baskets. Ou encore le Sneakers Event qui a réuni cette année plus de 5000 visiteurs à Paris. Rendez-vous incontournable de tous les « sneakerheads » (passionnés de sneakers), cet évènement rassemble près de 175 exposants venus de toute l’Europe et 15 000 paires de sneakers à acheter ou à échanger. Plus qu’une culture ou une mode, une véritable passion.


Pour aller plus loin :

Partager sur

Newsletter

Suis-nous !