Faire du chausson le nouvel accessoire de mode tendance, c’est le pari un peu fou que William Sance et Maxime Thimonier se sont lancés lorsqu’ils étaient étudiants en école de commerce. Les deux amis, entrepreneurs dans l’âme, créent la marque Nénufar en 2016 avec la styliste Sophie Le Mière. Une chaussure d’intérieur unisexe voit le jour, alliant le style d’une chaussure et le confort d’un chausson. Une campagne de crowdfunding et une levée de fonds plus tard, la marque est aujourd’hui en plein essor !

Quel est donc le secret de la réussite de William et Maxime, jeunes diplômés 24 et 23 ans et totalement étrangers au milieu de la mode il y a encore quelques mois ? Comment créer sa start-up lorsque l’on est encore étudiant ? Est-ce le bon moment ? William et Maxime reviennent sur leur parcours et prodiguent leurs conseils aux graines d’entrepreneurs qui hésiteraient à se lancer !

Aux origines de Nénufar : une envie d’entreprendre qui naît à l’école

L’aventure Nénufar prend sa source en école de commerce pour William et Maxime. Les deux amis étudient alors ensemble dans le même Master en Management Entrepreneurial à l’EDC Paris et rêvent de monter leur propre start-up. Reste à trouver un concept original !

Alors qu’il effectue un semestre en Erasmus en Finlande, William découvre qu’il est impensable de garder ses chaussures lorsqu’il est invité chez ses amis. Il prend l’habitude de porter des chaussons et souhaite investir dans une jolie paire à son retour en France. Il s’aperçoit alors qu’il est difficile de trouver des modèles ne sacrifiant pas l’esthétisme au confort. L’idée de créer des chaussures d’intérieur confortables et stylées était née.

William s’empresse de partager son projet avec Maxime et le duo se met en marche. En Septembre 2015, ils intègrent le Parcours Etudiants Entrepreneurs de leur Master, une option qui leur permet de bénéficier d’un accompagnement personnalisé et d’horaires aménagés pour développer leur projet. « À partir du moment où tu dis “J’ai une idée de projet” devant toute la classe tu sais que tu n’as plus le droit de reculer et tu fonces ! », William.

Les études : un statut particulier, des soutiens et des aides précieuses

Loin d’être un obstacle, le fait d’être étudiant constitue un atout pour bénéficier de soutiens spécifiques et alléger ainsi considérablement la prise de risque que représente la création d’entreprise. « La plupart du temps à nos âges les jeunes ont plutôt peur de se lancer, de ne pas assez bien gagner leur vie par exemple, mais il y a beaucoup d’organismes d’accompagnement en France, beaucoup d’incubateurs, d’accélérateurs, et en fait, on n’est jamais seuls. On est entourés d’un vrai écosysteme, il faut juste connaître les outils à notre disposition. », William.

Grâce au parcours Etudiants Entrepreneurs qu’ils intègrent, William et Maxime rencontrent de nombreux acteurs du monde professionnel et sont accompagnés par deux professeurs tuteurs qui les aident sur toute la partie stratégie pour la mise en place du projet : l’étude de marché, le positionnement prix / produit, la cible…

---------------------------

Zoom sur le statut d’étudiant entrepreneur :

Le statut d’Etudiant Entrepreneur n’est pas spécifique à l’école de commerce de William et Maxime. Il est ouvert à tous les étudiants ou jeunes diplômés de moins de 28 ans souhaitant créer leur entreprise. Ils sont actuellement 1500 en France à suivre ce cursus, et le nombre ne cesse de progresser. Au-delà des avantages non négligeables du statut d’étudiant (Sécurité sociale étudiante, tarifs réduits pour les transports etc..) il permet d’être encadré au sein d’un Pôle Etudiant pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat (PEPITE). Il existe 29 PEPITE disséminées dans toutes les régions de Francce, qui ont pour but d’accompagner les jeunes créateurs d’entreprises.

---------------------------

Au sein de leur PEPITE, William et Nicolas ont pu bénéficier de l’accompagnement d’un autre tuteur et de la mise à disposition d’un bureau dans un espace de coworking à la Défense lors de leur stage de fin d’études qu’ils effectuent…chez Nénufar !

Savoir s’entourer d’experts pour créer un produit de qualité

Afin d’élaborer le chausson de leurs rêves, William et Maxime vont chercher les compétences qui leur manquent auprès d’experts dans différents domaines. « Il est fondamental de savoir s’entourer des bonnes personnes lorsqu’on débute » insiste William. Les co-fondateurs, alors novices dans le milieu mode, réalisent rapidement qu’ils ont besoin de s’associer avec une styliste de talent pour créer leur chaussure d’intérieur. Ils postent une annonce sur un groupe Facebook, et trouvent très vite chausson à leur pied en la personne de Sophie Le Mière. « Nous ne voulions pas embaucher quelqu’un, nous recherchions vraiment à nous associer à une personne avec une expertise mode car c’est l’essence de la marque. », Maxime

Par la suite, le trio n’hésite pas à faire appel à des professionnels dans des domaines techniques pour élaborer LE chausson parfait : extérieur cuir, intérieur en velours avec une mousse à mémoire de forme, semelle extérieure en caoutchouc naturel, le tout fabriqué dans un atelier au Portugal. Un produit mode, éthique, et idéal pour la santé du pied. « Quand on a eu besoin d’infos sur le secteur de la chaussure, on a sympathisé avec le président de le Fédération Française de la Chaussure qui s’est montré très disponible. On a également eu besoin d’un podologue pour s’assurer du confort de notre chaussure donc on a contacté la Fédération Française de la Santé du Pied qui nous a envoyé vers un podologue qui nous a reçu plusieurs fois, gratuitement. C’est l’ambassadeur numéro 1 de la marque maintenant ! » Maxime

Le réseau tissé peu à peu par les startupers auprès d’experts est un gage de crédibilité énorme pour la marque et leur produit.

Crowdfunding, levée de fonds, jouer collectif pour avancer

Une fois le modèle créé, il faut faire connaître le produit et s’assurer qu’il suscite l’intérêt du public. Jouer collectif, tel est le maître mot chez Nénufar, et les 3 co-fondateurs comptent bien continuer sur cette voie. Diplôme en poche, ils démarrent donc une campagne de crowdfunding sur la plateforme Ulule en Septembre 2016 avec pour objectif d’atteindre 200 préventes du chausson star. « On avait beaucoup de pression parce que si on n’atteignait pas notre objectif, tout était fini. On avait besoin de ça pour se lancer, et on a réussi ! »William. 

Leur plus grande source de satisfaction réside pourtant ailleurs. En Mars 2017, ils réussissent une levée de fonds exceptionnelle, de plus de 400 000 Euros, sur la plateforme de financement participatif Raizers. « C’est peu courant par rapport à notre âge et notre secteur d’activité, il y a peu de levées de fonds dans la mode, on n’avait pas prévu de lever autant ! », Maxime.

Cette levée de fonds représente un tournant décisif pour la marque, qui va maintenant pouvoir se développer sur tous les fronts : nouveau site web, communication via une agence de relations presse, salons professionnels pour trouver de nouveaux points de vente (aux salons Who’s Next et Maison & Objet en Septembre), développement à l’international, et surtout…recrutement de nouveaux talents ! Nenufar vise un chiffre d’affaire de 2,5 millions d’euros dans trois ans, c’est le moment de les rejoindre !

---------------------------

Vous êtes étudiant et vous hésitez à vous lancer ? Voici quelques ressources utiles livrées par William et Maxime :

  • Le statut Etudiant Entrepreneur qui permet de bénéficier des avantages étudiants même après votre diplôme ou sans être scolarisé, il suffit d’avoir moins de 28 ans et d’être porteur d’un projet de création d’entreprise concret,
  • Le réseau PEPITE qui propose un accompagnement et des ressources aux Etudiants Entrepreneurs (mises en relation, tutorat, espaces de coworking…),
  • MOUVJEE : réseau pour les entrepreneurs de moins de 30 ans qui offre un programme de mentorat et prime chaque année une vingtaine de jeunes entrepreneurs,
  • La plateforme de crowdfunding Ulule pour donner vie à vos projets grâce au soutien des internautes,
  • La plateforme de financement participatif en capital Raizers, qui a permis à Nenufar de voir les choses en grand grâce à une importante levée de fonds ,
  • Le groupe Facebook « Wanted Bons Plans » : c’est en postant sur ce groupe qu’ils ont rencontré Sophie, la styliste de Nénufar. Une mine d’informations et de bons plans pour les parisiens !

… et un récapitulatif de leurs conseils pour réussir son aventure entrepreneuriale :

  • Former une équipe soudée avec rôles clairement définis et des compétences variées
  • S’entourer d’experts et de personnes de confiance pour aller chercher les compétences manquantes
  • Prendre le temps de travailler le business plan avant le lancement du produit, en profitant des ressources de l’école (professeurs, intervenants extérieurs…)
  • Se tenir constamment informé de toutes les aides et des organismes à disposition des jeunes entrepreneurs
  • Utiliser les plateformes de financement participatif pour créer une émulation autour du produit

---------------------------

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir tous nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ @Nénufar

Envie de rejoindre Nénufar ?

Partager sur

Newsletter

Suis-nous !